Fabrication Additive VS Impression 3D

Autor: David Rodríguez
}
2 décembre 2021

Nous trouvons généralement cette technologie désignée indistinctement par ces deux noms, ce qui peut entraîner une confusion chez le public non expert. Et la vérité est que même de nombreux professionnels, moi y compris, les utilisent comme des synonymes.

Deux termes pour le même processus?

Y a-t-il une différence entre les deux dénominations?

Nous verrons ce qu'en disent les normes de normalisation, sa mention dans les articles scientifiques et ce que le grand public recherche sur internet afin de nous faire une idée de ce dont nous parlons.

Ce que la norme dit

Pour trouver la réponse à ces questions, nous devons consulter la bibliographie disponible auprès de l'autorité mondiale en matière de normalisation, l'International Organization for Standarization (ISO) basée à Genève, en Suisse. Nous profitons du fait qu'en novembre 2021, la mise à jour de la norme qui désigne le vocabulaire et les principes de la fabrication additive, ISO/ASTM 52900, a été publiée. [1]

La norme définit le terme fabrication additive comme suit :

"Procédé d’assemblage de matériaux pour fabriquer des pièces à partir de données de modèle 3D, en général couche après couche, à l’inverse des méthodologies de fabrication soustractive et de fabrication mise en forme."


ISO/ASTM 52900

Dans le cas de l'impression 3D, l'ISO la définit ainsi:

"Fabrication d’objets par dépôt d’un matériau au moyen d’une tête d’impression, d’une buse ou d’une autre technologie d’impression."


Note 1 à l’article: Ce terme est souvent utilisé dans un contexte non technique comme synonyme de fabrication additive et, dans ces cas, généralement associé à des machines utilisées à des fins non industrielles, y compris à usage personnel.


ISO/ASTM 52900

Les deux définitions sont en fait très proches, et dans le cas de l'impression 3D, la première chose qui peut venir à l'esprit est une imprimante FDM de bureau. C'est la note 1 associée à cette définition qui nous donne un indice sur la différence entre les deux termes. Elle indique que, bien que souvent utilisé comme synonyme, le titre "impression 3D" est associé à des activités non industrielles.

En fait, dans la nouvelle norme publiée en 2021, c'est l'un des paragraphes qui a subi la plus grande modification, car dans l'ancienne édition de 2015, il parlait directement de "machines de moyenne gamme en termes de prix".

Comparaison de la définition du terme "impression 3D" entre les éditions 2021 (vert) et 2015 (rouge) de la norme ISO/ASTM 52900. Via iso.org [2]

Ce que la science dit

Une autre source de valeur et de rigueur pour clarifier non seulement les différences mais aussi le poids de chaque terme de la technologie est la manière dont il est désigné dans la littérature scientifique.

Il existe un niveau similaire de confusion et de manque de définition, au point que même le terme "prototypage rapide" a été utilisé comme synonyme de processus de fabrication additive, en particulier avec la technologie SLA. [3]

Un bon indicateur est constitué par les keywords, c'est-à-dire les mots que l'auteur a décidé de mettre comme mots-clés pour que son article soit trouvé. Dans la recherche de W. Bai et al, on constate que c'est le terme "impression 3D" qui s'est imposé comme le mot-clé le plus utilisé, suivi de "fabrication additive". [4]

Top 20 keywords proposés par les auteurs. Via W. Bai et al

En effet, si on fait une recherche chez Springer, un éditeur de publications scientifiques, nous constatons que "3D printing" donne 118.171 résultats contre 105.708 pour "additive manufacturing". [5]

Il existe cependant une revue d'Elsevier consacrée à ce domaine, Additive Manufacturing Journal. [6] Ce qui est curieux, c'est que lorsqu'un journal fait référence à un domaine de connaissances particulier, il l'appelle "3D printing". [7], [8]

Ce que Google dit

Les recherches sur Internet nous donnent des informations précieuses sur les tendances et les connaissances des gens. Toutefois, ces données ne sont pas biaisées, car elles se réfèrent à ce que toute personne a tapé dans le navigateur, sans faire de distinction entre les profils de population.

Les résultats par mot-clé pour le nombre moyen de recherches sur Google par mois en langue française pour le monde entier sont les suivants : [9]

Nombre moyen de recherches mensuelles sur Google pour "impression 3D". Via Presentia / Mangools
Nombre moyen de recherches mensuelles sur Google pour "fabrication additive". Via Presentia / Mangools

Nous constatons que le nombre de résultats por impression 3D est environ 7 fois plus élevé que celui de la fabrication additive, ce qui implique que ce terme est plus familier à un pourcentage plus élevé de la population. Il en va de même pour les langues espagnole et anglaise (voir la traduction), le volume de recherche étant similaire en espagnol mais considérablement plus élevé en anglais.

Ce que l'auteur dit

De mon humble point de vue, les deux termes sont valables pour désigner cette technologie, en tant qu'approche générale de la technique ou simplemente pour indique le procédé de fabrication. Ils sont et continueront d'être utilisés comme synonymes et ce n'est pas nécessairement une erreur. Le langage a une influence, car il est plus facile de dire "j'ai besoin d'imprimer 10 pièces" que si nous devons faire référence à la même chose en parlant de fabrication additive.

Dans de nombreux cas, il s'agit d'une question de marketing et de positionnement. Par exemple, l'ajout de 3D à une marque particulière peut indiquer rapidement qu'elle travaille dans ce domaine. D'autres, comme ce blog, ont préféré utiliser le terme de fabrication additive pour donner une approche plus industrielle au contenu publié.

RÉFÉRENCES

Image mise en avant, collage de l'auteur, sources:

P. Calves, Metal Binder Jetting une opportunité pour la production de petits composants complexes en petite et moyenne série, Traitements & Matériaux, 452, 50-56, Mai-Juin 2018

J.R. Tumbleston et al, Continuous liquid interface production of 3D objects, Science, 347, 1349-1352, March 2015

Google

iso.org

[1] ISO/ASTM 52900:2021 Additive manufacturing — General principles — Fundamentals and vocabulary

[2] Web ISO/ASTM 52900. Accessed 1/12/2021

[3] K. V. Wong & A. Hernandez, A Review of Additive Manufacturing, ISRN Mechanical Engineering, Volume 2012, Article ID 208760, Jun 2012

[4] W.Bai, H. Fang, Y. Wang, Q. Zeng, G. Hu, G. Bao & Y. Wan, Academic Insights and Perspectives in 3D Printing: A Bibliometric Review, Appl. Sci. 11, 8298, Sept 2021

[5] Springer Link. Accessed 1/12/2021

[6] Additive Manufacturing Journal, Elsevier

[7] 3D Printing in Medicine, Springer

[8] Polymers for 3D Printing, Elsevier

[9] Étude de mots clés par Presentia Comunicación Web 1/12/2021

David Rodríguez

3D Printing professional. Mining & Energy Engineer B.Sc. Industrial Engineer M.Sc. Believe to make.

À lire aussi

3D Print Lyon 2022

3D Print Lyon 2022

Chronique du salon 3D Print 2022 à Lyon. On fait le point sur l'état actuel de la fabrication additive et de son écosystème en France.

LAISSEZ VOTRE

AVIS

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © 2022

Design web: Presentia