Alberto Martínez et Egoi Azkarraga, 3D Lan

Autor: David Rodríguez
}
14 février 2022

Le mantra selon lequel la fabrication additive est une technologie polyvalente capable de produire des pièces personnalisées est le plus souvent associé à la sphère industrielle, bien que ses applications aillent bien au-delà. Par exemple, elle est très utile comme outil pour répondre aux besoins des personnes handicapées, c'est-à-dire pour mettre la technologie au service de l'action sociale.

C'est le cas de 3DLan [1], une association basée à Bilbao dont l'objectif est d'identifier et de fournir des services personnalisés aux personnes ou aux groupes qui ont besoin d'une solution spéciale en raison de leur condition physique ou intellectuelle. Nous avons discuté avec Alberto et Egoi des implications de l'impression 3D dans la sphère sociale, du processus qu'ils utilisent et de ce qui reste à faire.

Tandem d'un artiste et d'un ingénieur

TSL - D'où est venue l'idée de 3DLan ?

3DLan - Nous avons conçu notre idée comme un projet de développement d'une plateforme technologique et sociale pour la diversité. Alberto est diplômé en beaux-arts et est passionné par la technologie, il bricole depuis de nombreuses années avec des machines d'impression 3D au niveau des makers. [2] Egoi est ingénieur et a travaillé dans l'industrie, notamment dans l'innovation, le développement et la veille technologique. [3]

De la somme de nos connaissances et expériences, nous avons décidé de constituer en 2016 l'association 3DLan, afin de travailler à la recherche de solutions pour l'autonomie des personnes. Nous sommes 13 membres, dont deux d'entre nous qui travaillent activement pour elle, en présentant des projets aux institutions ou en donnant des ateliers de formation.

L'association a pour objectif de rendre visible et de faire prendre conscience de la complexité des situations quotidiennes auxquelles sont confrontées les personnes présentant une diversité fonctionnelle. En tirant parti des nouvelles technologies, nous pouvons répondre aux défis sociaux.

Egoi présente les possibilités de l'impression 3D aux étudiants en formation professionnelle de Salesianos Deusto. Via 3D Lan

"Nous comptons sur la fabrication additive pour apporter une solution aux défis posés par le domaine social"


Egoi Azkarraga, 3DLan

Quel type de solutions fournissez-vous ?

Nous concevons et fabriquons toutes sortes de pièces qui facilitent la vie des personnes handicapées. Les cas peuvent aller de tâches quotidiennes aussi élémentaires que se nourrir à des activités sportives. La personnalisation et les besoins particuliers de chaque personne ont plus que jamais du sens dans notre cas.

Comme nous sommes en contact permanent avec les associations, nous pouvons rapidement identifier ces besoins et les adapter grâce à un processus itératif et totalement personnalisé. Les domaines que nous touchons sont variés, des personnes à mobilité réduite aux applications pour les athlètes paralympiques.

Gant imprimé pour l'athlétisme en fauteuil roulant. Via 3D Lan

Processus de conception ouvert et participatif

Comment procédez-vous à la conception et au développement d'idées ?

L'idée nous vient d'associations, d'hôpitaux ou de centres de réadaptation, car ce sont eux qui, les premiers, identifient le besoin spécifique et nous fournissent les informations nécessaires. Ces exigences nous indiqueront quelle technologie nous allons utiliser ou quel matériau est idéal pour l'application.

Nous travaillons avec OnShape [4], un logiciel qui permet de télécharger des fichiers dans le nuage et de les modifier partiellement. Nous considérons qu'une partie de notre travail consiste en la diffusion, et si nous avons réussi à apporter une réponse à un problème, d'autres personnes devraient pouvoir en profiter, en l'adaptant à leur casuistique particulière.

Une fois la conception validée, nous la fabriquons et la mettons en service. Si des améliorations sont détectées, le fichier est retouché et réimprimé, et ainsi de suite. C'est l'avantage de pouvoir réaliser des pièces unitaires grâce à la fabrication additive.

Alberto, au centre, après un cours à la Fondation DACER pour les lésions cérébrales [5]. Via 3D Lan

"L'un des grands défis est de faire prendre conscience de l'impact de la fabrication additive pour accroître l'autonomie des personnes handicapées"


Alberto Martínez, 3D Lan

Quelles technologies de fabrication additive utilisez-vous ?

Le nôtre est un petit atelier et nous disposons d'imprimantes FDM, avec lesquelles nous pouvons réaliser des prototypes très rapidement et à faible coût. Nous travaillons avec les thermoplastiques classiques de cette technologie tels que l'ABS ou le PLA, bien que nous soyons en contact avec des centres tels que Leartiker [6] pour le développement de matériaux plus avancés adaptés à nos applications.

Résultat de l'impression avec un filament élastique de 58 Shore. Via 3D Lan / Leartiker

Lorsque nous avons besoin de technologies plus industrielles, comme le SLS ou le métal, nous nous tournons vers le riche tissu industriel basque, tant les entreprises privées que les centres de formation. Dans de nombreux cas, nous faisons participer les étudiants au processus de création, formant ainsi les futurs professionnels du secteur de la fabrication, tant sur le plan technique que social.

Quels sont les défis dans ce domaine ?

Le défi le plus important et le plus complexe est peut-être la diffusion de projets tels que le nôtre. Il est essentiel de faire passer le message à la société et de rendre visible la situation des personnes handicapées. Pour ce faire, nous utilisons les réseaux sociaux, les associations et les fondations pour transmettre notre vision sociale de la technologie.

Il y a sans doute un facteur économique en jeu, c'est pourquoi un autre défi est d'être présent dans les appels à propositions publics ou privés, car ils jouent un double rôle : nous donner une voix et un soutien financier. De même, nous ne pouvons pas oublier les contributions des bénévoles qui nous entourent, qui nous soutiennent financièrement, techniquement ou en matière de communication. [7]

RÉFÉRENCES

[1] 3DLan

[2] Linkedin Alberto Martínez

[3] Linkedin Egoi Azkarraga

[4] OnShape

[5] DACER

[6] Leartiker

[7] Colaboration avec 3D Lan

David Rodríguez

3D Printing professional. Mining & Energy Engineer B.Sc. Industrial Engineer M.Sc. Believe to make.

À lire aussi

Fabrication Additive VS Impression 3D

Fabrication Additive VS Impression 3D

Cette technologie est souvent désignée par ces deux noms de manière interchangeable, ce qui peut mener à confusion auprès du grand public.
Y a-t-il une différence entre les deux termes?

LAISSEZ VOTRE

AVIS

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2022

Design web: Presentia