Abel Bajuelos. Addimensional

Autor: David Rodríguez
}
14 janvier 2022

Fin septembre 2021, la nouvelle tombe dans les médias : le gouvernement cubain autorise les premières entreprises privées [1]. Pour moi, il s'agissait peut-être davantage d'informations économiques ou de politique internationale, si ce n'était le fait que l'une de ces entreprises était consacrée à la fabrication additive. Curieux d'en savoir plus et de partager la proposition d'Addimensional [2], j'ai contacté Abel Bajuelos, son directeur.

On parle avec Abel de son projet, des applications de l'impression 3D et de l'écosystème de l'île des Caraïbes.

Débuts et découverte de la technologie

TSL - Quel est votre contexte professionnel ?

Abel - Mon contexte est un peu particulier. Je suis un musicien professionnel spécialisé dans la percussion. Diplômé du conservatoire Alejandro García Caturla de La Havane, j'ai travaillé pendant plusieurs années dans des orchestres de haut niveau de musique populaire cubaine, plus connue sous le nom de "Salsa".

Plus tard, j'ai dû reprendre une petite entreprise au Panama, pour laquelle j'ai dû suivre une formation en administration des affaires. C'était un grand changement mais cela m'a donné une perspective commerciale.

En 2010, les petites entreprises privées ont commencé à être autorisées à Cuba et j'ai lancé ma première entreprise. Il s'agissait d'une salle de jeux vidéo, ou arcade, qui a connu un grand succès dès les premiers jours car c'était la première de l'île

En même temps, je continuais ma formation. Lors de mon séjour au Panama, j'étais entré en contact avec le secteur de la fabrication additive, une technologie qui me captivait. Trois ans après, cette activité de jeux-vidéo a été interdite, et aux grandes crises, les grands remèdes : je me suis jeté dans le monde de l'impression 3D.

La passion que la fabrication additive a suscitée en moi m'a fait découvrir un métier que je ne connaissais pas: celui de designer industriel.

"Je voyais de grandes possibilités pour la technologie dans une société comme celle de Cuba, avec un niveau d'éducation élevé et une approche différente de la consommation."

Abel participe dans le congrès América Accesible. Via América Accesible [3]

D'où est venue l'idée d'Addimensional?

Au départ, je l'ai conçu comme une sorte de café 3D ou de coworking, un espace où des créatifs de toutes sortes disposent des outils nécessaires à la réalisation de leurs projets. Il s'est avéré que ce n'était pas viable à Cuba, car il y avait, et il y a toujours, un manque de compréhension de ce que ces outils de fabrication apportent.

Pour moi, les possibilités de la technologie dans une société comme celle de Cuba étaient évidentes. Une société à haut niveau d'éducation, avec une approche différente du monde en termes de consommation, orientée davantage vers la réparation que vers le changement et le jet, donnant plusieurs vies aux produits. Pour moi, c'était clair, mais il n'y avait pas de terrain fertile et les conditions n'étaient pas idéales, j'ai donc dû reformuler la proposition.

J'ai donc conçu le projet en trois dimensions. Le premier est la fourniture d'un service de bas niveau, avec des équipements de bureau destinés à un segment allant d'un individu ayant un besoin particulier à des micro-entreprises ayant besoin d'un service de prototypage rapide.

La seconde est la communauté maker, un environnement plus social et collaboratif, sans but lucratif. Nous essayons de créer le premier FabLab à Cuba et nous sommes sur la bonne voie car les conditions dont je parlais plus tôt sont en train d'évoluer.

Enfin, le niveau industriel. Étant l'un des pionniers à Cuba, de grandes entreprises publiques et des centres de recherche m'ont engagé en tant que concepteur industriel et fournisseur de services de fabrication avancée. En tirant parti des possibilités offertes par l'impression 3D, j'ai réussi à mettre en œuvre des solutions qui n'avaient pas été conçues jusque-là.

Applications pour un contexte particulier

Sur quelle technologie vous appuyez-vous ?

Addimensional n'est une petite entreprise que depuis deux mois, car jusqu'alors elle ne fournissait que des services en tant que freelance et il était inutile d'installer des équipements. Aujourd'hui, nous disposons de nos propres FDM et SLA dans l'atelier et nous avons accès à des machines industrielles et de métal via des partenaires et des centres de recherche déjà équipés.

Abel bajuelos addimensional
Abel montre une pièce réalisée sur la seule machine métal de Cuba, une SLM Solutions 250. Image courtoisie d'Abel.

Quels domaines avez-vous servis?

Comme nous sommes des pionniers dans notre région géographique, nous avons servi pratiquement tous les secteurs, car l'intérêt pour la technologie est croissant. L'ingénierie inverse et la reconception de pièces et de parties fonctionnelles étaient un peu un début, mais à partir de là, les ramifications sont énormes : bureaux techniques et d'ingénierie, secteur de la santé, ou encore arts plastiques, un domaine assez fort sur l'île.

Une application de grande valeur que nous apportons sur la table est la substitution des importations. En fabriquant les pièces en interne et en gérant les réparations et les pièces de rechange, nous sommes plus autonomes et indépendants.

En médecine, nous fournissons déjà des guides de coupe et des moules chirurgicaux. Nous disposons déjà de plusieurs études de cas dont les résultats en termes de coûts et de délais ont attiré l'attention de la communauté médicale locale et le ministère lui-même s'est intéressé à l'intégration de ces solutions dans le système de santé publique.

Modèle de colonne et guide de perforation pour les vis pédiculaires. Image courtoisie de Abel

Écosystème et avenir de la technologie 3D à Cuba

À quoi ressemble l'écosystème de la fabrication additive à Cuba ?

Si l'on peut dire que le marché de la 3D en soi n'existe pas encore, l'écosystème est naissant et nous participons activement à son développement. Chaque fois que nous le pouvons, nous organisons des ateliers et partageons nos expériences, nos meilleures pratiques, etc.

Quant à l'approvisionnement en matières premières, nous devons les faire venir de l'étranger, ce qui n'est parfois pas facile en raison du blocus. Il n'existe pas d'industrie chimique spécialisée ni de cercle de fournisseurs de plastiques pour FDM ou de poudre métallique, pour ne citer que deux exemples.

Comment communiquez-vous votre proposition de valeur en tant qu'entreprise?

Être une entreprise innovante vous place sur la carte. La pandémie de Covid-19 a considérablement accéléré le processus, car nous gérons un réseau national de fabricants d'équipements de protection individuelle. Comme nous avons réagi très rapidement, les gens ont commencé à parler d'Addimensional.

En outre, nous avons essayé d'être présents dans des congrès et des conférences pour transmettre les possibilités de la technologie. Nous avons même reçu la visite de Miguel Díaz-Canel, le président de la République de Cuba, ce qui démontre l'intérêt des autorités pour le développement d'entreprises comme la nôtre. Le soutien des organismes publics est vital pour nous et nous sert de haut-parleur.

"Nous participons activement au développement de l'écosystème de la fabrication additive sur l'île en mettant en avant les possibilités de cette technologie."

Abel montre quelques dessins à Miguel Díaz-Canel, président de Cuba. Image via le Twitter de Miguel Díaz-Canel [4]

Quels sont les projets pour l'avenir?

Nous sommes en train de lever une série de financements qui nous permettront d'augmenter notre capacité. L'un des domaines sur lesquels nous travaillons est celui des nouveaux matériaux, notamment les polymères qui peuvent remplacer les plastiques moulés par injection. L'idée est de proposer des pièces finales entièrement fonctionnelles en quantités considérables.

Dans le secteur médical, nous voulons faire le saut vers la conception et la fabrication d'implants. Pour ce faire, nous aurons besoin du soutien des institutions médicales afin d'accroître notre casuistique et aussi de nous faire certifier selon des normes internationales telles que l'ISO 13485 afin de travailler avec la rigueur qu'exige ce domaine.

RÉFÉRENCES

[1] El Gobierno de Cuba autoriza las primeras 32 empresas privadas. El País, 30 sept, 2021

[2] Addimensional

[3] América Accesible. 29 nov - 1 déc 2021. Varadero, Cuba

[4] Twitter Miguel Díaz-Canel. Publication du 17 août 2021

David Rodríguez

3D Printing professional. Mining & Energy Engineer B.Sc. Industrial Engineer M.Sc. Believe to make.

À lire aussi

3D Print Lyon 2022

3D Print Lyon 2022

Chronique du salon 3D Print 2022 à Lyon. On fait le point sur l'état actuel de la fabrication additive et de son écosystème en France.

LAISSEZ VOTRE

AVIS

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © 2022

Design web: Presentia